Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

06/02/2016

Un copain à Venise

Alain m’envoie cette charmante carte postale de Venise … je ne suis pas sûr qu’elle donne envie d’y aller !

Venise aussi merveilleuse que sa police est sordide !

Entre Mestre et Venise si vous vous engagez en voiture dans une rue interdite à la circulation, sans que cela soit signalé par un panneau officiel du code de la route, vous avez au moins deux amendes (très salées), une fois quand vous entrez dans la zone et une fois quand vous en sortez ! ça c'est mon cas, avec 2 amendes à 5 minutes d'intervalle !

Bien pire, de l'aveu même de l'ambassade d'Italie contactée à l'occasion, certains touristes perdus dans ces zones pièges écopent d'un nombre élevé d'amendes, soit autant de fois qu'ils passent devant la caméra, amendes réclamées par lettre recommandée par la police de Venise...

Cela s'appelle du racket, ni plus ni moins !

Venise.JPG

Dans un pays où les camions se garent sur des barges, tout arrive …

01/02/2016

En route pour le Sommet du Digital

08:50 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | Pin it!

29/01/2016

A midi, vous êtes mort

Difficile au dernier CES de Las Vegas de ne pas chopper plein de puces : l’Internet des Objets – prononcez « Aï O Ti » ; en France, on parle plutôt d’objets connectés – était partout.

La dénomination Internet des Objets me semble plus parlante : le réseau actuel permet aux humains d’échanger entre eux, celui de demain permettra aux objets d’en faire autant … sans même que nous soyons au courant ! Le seul problème, c’est qu’aujourd’hui et pour quelques années encore, on reste plutôt dans les objets connectés – donc des objets pleins de puces qui vont nous informer sur notre température, nos calories … ou les cibles potentielles, pour les dragueurs de tous sexes !

Et quand vos vieux objets n’auront pas de puces, vous pourrez quand même vous gratter en leur collant de petits capteurs – comme ces peanuts que vous allez coller un peu partout chez vous ou sur vous.

peanuts.jpg

Évidemment, toutes les startups et autres entreprises du High Tech œuvrant dans le domaine de l’IoT ont prévu des connections Bluetooth de leurs gadgets avec nos Smartphones pour leur permettre de pénétrer dans le vaste monde de l’Internet des Objets – via des application iOS et/ou Android, bien entendu : Windows 10 n’est pas vraiment tendance.

Déjà que les heureux possesseurs d’abonnements 4G se plaignent d’avoir bien du mal à tenir toute une journée en cas de surf un peu intensif – sans trop exagérer, non plus ! Les batteries se déchargent si vite ; mais bon, on peut quand même se retenir quand la charge baisse fortement.

Les puces, elles, vont tchatcher dès potron-minet et sans faiblir toute la journée : normal, il leur faudra bien avertir leurs experts (robots, bien entendu) des calories que vous venez de prendre, de votre taux d’alcoolémie, j’en passe … Et ces derniers vous avertiront des risques que vous prenez – ou votre assureur, votre banquier ou votre médecin, si nécessaire !

Dans le vaste et magnifique monde de l’IoT, malheur à ceux qui ne disposeront de batteries puissantes ! Aujourd’hui, sans téléphone et Internet mobile, vous êtes mort : nul ne peut vous joindre, vous ne pouvez signe de vie à personne.

Grâce aux puces de l’IoT, dès midi vous allez vous retrouver sans batterie … virtuellement morts !

28/01/2016

Persona, étrangement humain

Surprenante exposition qui commence au Musée du quai Branly, intitulée Persona, étrangement humain.

Exposition qui rapproche des œuvres de la pensée mythique et des créations plus contemporaines sur le thème de la robotique : une figurine anthropo-zoomorphe inuit provenant de l’île d’Ammassalik au Groenland y côtoie le robot Berenson, né en 2011 de la rencontre d'un anthropologue, Denis Vidal, et d’un roboticien, Philippe Gaussier ; une spatule vomitive anthropomorphe (sic) Taïno de la Martinique voisine avec les créations récentes de l’artiste coréenne Wang Zi-Won.

Ammassalik.jpg

Robot Berenson.jpg

Taino.jpg

Kwanon.jpg

Le roboticien japonais Masahiro Mori, connu pour ses recherches « sur les réponses émotionnelles des entités non-humaines », dixit Wikipédia, « montre que plus une créature artificielle a forme humaine, plus elle a de chances de créer de la curiosité, de l’empathie et de l’attachement » – et là, je cite le catalogue de l’exposition – mais aussi que « un trop grand degré de réalisme crée chez la plupart des gens un sentiment de malaise, d’étrangeté, voire du rejet ou de la répulsion ».

Est-ce pour cela que les créations contemporaines ressemblent tant aux sculptures antiques, pour construire une barrière avec l’humanité ? Ou parce que les artistes y projetaient leurs propres peurs et répulsions ?

En regardant les robots qui pullulaient au CES de Las Vegas, on a quand même l’impression que certaines frontières sont en train de s’abolir ; pareil quand on s’apprête à caresser le petit chat électronique de Hasbro, destiné à tenir compagnie aux personnes âgées.

robot ces.jpg

hasbro.jpg

Les écrits de Mori datent des années 70, une époque quasi préhistorique … Nul doute que si le Musée du quai Branly actualise son exposition dans quelques années, les organisateurs pourront s’interroger sur les étranges restes de non humanité que l’on pourra découvrir dans certains clones presque parfaits : des archétypes séculaires sont en train de sombrer à une vitesse folle.

17:14 Publié dans Culture(s) | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | Pin it!

23/01/2016

Nouveaux risques pour nouveaux modes de vie

risque.jpgConsommation collaborative, protection de l'environnement, responsabilités sociétales, mutations technologiques, transhumanisme : notre société a plus changé en 15 ans qu'au cours des 50 années précédentes. Changé et de manière erratique, imprévisible : le dernier webosaure (dinosaure du Web), Yahoo est en pas de rejoindre AOL, Altavista et autres Netscape au cimetière des illusions perdues.

Pour le marketing et la communication, l'heure n'est plus à chercher à satisfaire des attentes - ou combler des besoins - mais à s'adapter aux nouvelles tendances sociétales, tant en B2C qu'en B2B : car si les nouvelles générations - Y, Z, mais aussi ceux que l'on ne sait pas encore nommer mais qui n'auront jamais qu'un monde rempli d'objets connectés, c'est-à-dire ... demain ; si les nouvelles générations donc vivent, consomment différemment, elles travaillent également différemment.

En d'autres termes, de nouveaux modes de vie émergent très régulièrement, avec de nouveaux risques pour les assureurs à la clef.

Discerner les tendances pour mieux adapter son offre et sa communication, telles seront les enseignements de la conférence qu'organise le LAB le 8 Mars prochain, avec les experts suivants :

  • Olivier Parent, Fondateur de Futurhebdo.fr et Christian Gatard, éditeur de la collection Géographie du futur et auteur de Mythologies du Futur,
  • Martine Ghnassia, Directrice de Pôle : InCapsule by Ifop et Communication Groupe
  • Marie-Laurence Guena, Directrice Conseil Etudes Marketing et Enquêtes Clients chez Didaxis,
  • Xavier Charpentier, Fondateur de FreeThinking,
  • Jean-Claude Pacitto, Maître de conférences à l'Université Paris Est et coauteur avec Philippe Jourdan et Valérie Jourdan de : Le marketing de la grenouille
  • Marie-Christine Lanne, Directrice de la communication & des engagements sociétaux de Generali

Pour plus de renseignements et s’inscrire, c’est ici.

18:30 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | Pin it!