31/05/2010

Découvrir comment étudier son e-réputation

georges-brassens.jpgNOUVELLE SESSION

Vous surfez de temps à autre sur le Web pour savoir ce que les internautes pensent de vos produits et de vos marques : certains en disent beaucoup de bien, d'autres nettement moins ; certains en soulignent la qualité, d'autres la dénigrent, à tort ou ... à raison.

Peu importe la véracité de telles affirmations : votre réputation se construit sur le Web 2.0, à force de posts, d'avis et de commentaires. Et les écrits restent longtemps, très longtemps sur la toile.

Autant de nouveaux challenges pour les annonceurs, et leurs conseils : instituts, agences, consultants, etc. Des challenges qu'il importe de relever, toutes les cartes en main.

Vous souhaitez découvrir les bases de l'analyse de l'e-réputation ?

Comprendre si un buzz a réellement fonctionné, et auprès de qui ?

Savoir où et comment recueillir les informations les plus pertinentes.

Savoir stocker et traiter toutes les données remontées.

Savoir les analyser, dégager des signaux forts, mettre en évidence l'univers sémantique d'une marque.

En une matinée, vous ne deviendrez certainement pas des experts rompus à toutes les situations ... mais vous pourrai en apprendre suffisamment pour cerner les contours de votre réputation - et celle de vos concurrents ; évaluer l'efficacité de vos campagnes de communication - et celle de vos concurrents, également.

Apprendre à manier les outils de base, et à "faire parler" les données collectées.

Et plus vous irez vite dans le recueil, le classement des opinions qui pullulent sur la toile, plus vous aurez de temps à consacrer à l'analyse, la stratégie.

AMI vous propose un séminaire d'une matinée pour découvrir comment recueillir, traiter et analyser les opinions des consommateurs publiées sur le Web 2.0.

Ce séminaire  s'adresse :

* aux annonceurs qui souhaitent rationaliser une démarche intuitive,
* aux instituts qui désirent découvrir de nouveaux débouchés,
* aux consultants qui ont envie se se positionner sur un marché naissant mais porteur,
* aux agences (communication, médias, RP, etc.) qui veulent compléter leurs palettes de services,
* et à tous ceux qui pensent que l'écoute du Web 2.0 peut leur offrir de nouvelles opportunités.

Séminaire organisé le 30 Juin à 9 heures 30, dans les locaux d'AMI Software, 46 avenue Dausmenil - 75012 Paris, métro ou RER : Gare de Lyon.

Frais de participation : 150 € HT, inscription par mail auprès de seminaire@amisw.com, en indiquant ses nom, mail et téléphone.

Exceptionnellement 3 places gratuites ont été réservées aux lecteurs de ce blog : pour en profiter, c'est facile, il suffit de préciser sur le mail à seminaire@amisw.com de la part de Marketing is dead.

PS : pour illustrer ce post, je ne pouvais trouver mieux que l'ami Georges, qui avait mauvaise réputation, mais le revendiquait  :-P

12:36 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | Pin it!

30/05/2010

Hasbro, L'Oréal et Nestlé découvrent la nécessaire humilité des conversations sur la toile

Killer.pngDepuis plusieurs années, Danette propose à ses clients de participer à l'élaboration de sa gamme en élisant la nouvelle saveur de l'année : révélée le 1 Mai sur Facebook, la gagnante de l'édition, la Danette chocolat saveur coco s'est immédiatement installée en rayon.

Impliquer les consommateurs dans la définition de ses produits constitue aujourd'hui une piste intéressante de développement à condition de jouer sincèrement le jeu ; sinon, l'opération tourne rapidement à la catastrophe, comme Hasbro, l'éditeur du Monopoly en a fait la malheureuse expérience.

Début Septembre 2007, la société lance une grande consultation sur le Web pour lancer un Monopoly des villes de France : les internautes peuvent choisir entre 44 villes présélectionnées jusqu'au jour un petit malin suggère d'inscrire Montcuq dans la case joker. Succès immédiat, au plus désespoir d'Hasbro qui fait fi des résultats et retient autoritairement ... Dunkerque et s'attire une volée de bois vert sur les blogs et forums.

Les marques doivent apprendre à parler d'égal à égal avec les internautes, ce qui constitue en soi une petite révolution : fini la communication à sens unique où l'on n'hésite pas à manipuler les consommateurs.

L'Oréal en a fait la dure expérience en lançant en 2005 un faux blog, le Journal de ma peau, destiné à assurer la promotion de Peel Microabrasion, un produit de gommage de Vichy : durant les 21 jours que dure le traitement, Claire, une charmante jeune fille, va quotidiennement rendre compte de l'état de sa peau.

Problème, les consommatrices ne s'en laissent pas compter et dénoncent la supercherie : la marque reconnaît alors son erreur, avant d'opérer un virage à 180° et d'inviter de « vraies » blogueuses - bien dans la cible - à essayer le produit et publier librement leurs impressions. Sur le Net, pour une marque, seule l'honnêteté paie réellement.

5 ans plus tard, c'est Nestlé qui va découvrir les affres d'une discussion mal amorcée avec les internautes : la scène se passe désormais sur Facebook, sur sa propre page. Quelques jours plutôt, Greenpeace a publié sur son site une vidéo parodiant la pause Kit Kat, où l'on découvre un employé de bureau grignotant deux doigts d'orangs outans ; son but : dénoncer l'utilisation de l'huile de palme qui aboutit à la déforestation de l'Indonésie - et donc à la disparition des grands singes.

Evidemment, les fans de la marque sur le réseau social (100 000 membres) interpellent la marque, qui par la voix de son community manager, répond de manière hautaine et menace de supprimer les comptes des plus virulents, laissant passer une extraordinaire occasion d'entamer un dialogue constructif au sein de sa propre communauté !

Comme L'Oréal - mais de manière moins réactive -, Nestlé va prendre le mesure de la fronde et faire volte face en annonçant sous la plume de son président Peter Brabeck avoir « called for a moratorium on the destruction of rainforests » et engagé des conversations avec Greenpeace en ce sens.

Hasbro, L'Oréal, Nestlé, ces multinationales ont appris à leurs dépends la nécessaire humilité des discussions sur le Web : face à un consommateur qui dispose des moyens d'un dialogue d'égal à égal, on ne triche pas, on ne le prend pas de haut ... on accepte un dialogue constructif entre pairs, même si ce n'est pas toujours aisé.

26/05/2010

Vous souhaitez gagner un iPad ?

Vous souhaitez gagner un iPad ?

Pour en faire quoi ? Si vous n'avez pas d'idée, quelques suggestions ici.

Idap.png
Par contre, si vous avez déjà plein d'idées et que vous ne souhaiter que savoir comment le gagner, c'est facile, il suffit de vous rendre le 1 Juin à partir de 10 heures sur le blog E réputation, buzz & co, et de deviner le nom du dernier logiciel de veille d'AMI Software.

Bonne chance !

10:07 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook | | Pin it!

24/05/2010

2pad ... mais des vrais cons ?

2pad_logo.gifQuand je reçois un courriel me disant "Envoie déjà cet email à ta maman", je me dis que ça sent le spam.

Pourtant, 2pad se présente comme le "1er site du partage de média privé" ... je clique en bas du mail pour "ne plus recevoir de messages du service 2pad" ... et reçois immédiatement un second mail avec la même proposition : bingo !

Soit le gars qui a lancé 2pad - voir son interview ici - est un inconscient qui envoie n'importe quoi à n'importe qui ; soit il récupère n'importe quel fichier pas trop "opt in" et zou ! Et c'est pas mieux !

Ma mère est décédée il y a déjà quelques années des suites d'une maladie qui frappent hélas de plus en plus de personnes âgées : mon deuil est passé, et c'est pourquoi je me dis simplement : c'est des cons !

J'imagine ce que pourrait ressentir quelqu'un qui vient juste de perdre la sienne : plutôt immonde, non ?

D'ailleurs, je ne vois pas pourquoi je mets le conditionnel : il y a de fortes chances que le cas soit arrivé, vu leurs comportements de spammeurs !

Bon, je crois que c'est la première fois depuis je blogue que je traite quelqu'un de con : il faut bien un début à tout.

16/05/2010

Trouvez-lui un nom !

iPod, iPhone, iPad ... où s'arrêtera donc Apple ?

A chaque nouveau produit de la marque à la pomme, une fonction précise : écouter de la musique avec l'iPod, surfer sur la toile (éventuellement téléphoner, mais c'est moins sûr) avec l'iPhone.

Concernant l'iPad, si certains restent encore dans l'expectative, c'est qu'ils n'ont pas lu mon récent papier révélant la véritable finalité de ce petit joujou pour geeks : c'est ici - Eh! oui, je blogue parfois là aussi.

Bon, mais le prochain iP xxx ? Il sera à ch... Oui, un produit pour les utilisateurs vraiment "démerde" !

Apple.jpg
Car il faut savoir trouver l'information où elle est, sur les sites américains qui savent, comme There I fixedit.

Sympa, non ?

Cela étant, allez donc visiter la page Kludge de ce site, vous y glanerez plein de bonnes idées.

"En informatique, un kludge (abréviation de l'anglais  klumsy, lame, ugly, dumb, but good enough) est un programme généralement petit, peu élégant et bricolé ; il sert à dépanner le programmeur ou l'administrateur système pour un besoin ponctuel", dixit Wikipédia.

On y trouve des tas d'astuces, comme celle-ci pour aider les voyageurs qui oublient leurs adaptateurs électriques.

Kludge.jpg
Ou celle-là, légendée "And They Said The iPad Didn’t Print" - toujours et encore l'iPad ...

Kludge2.jpg
Ou ça, pour les mordus de Facebook ou autres Twitter.

Kludge3.jpg
Et si vous en avez de meilleurs, vous pouvez leur envoyer.