11/02/2014

France Inter manipulerait-elle ses auditeurs ?

i-dont-like.jpgMarketing : les manipulateurs sont-ils parmi nous ?

Tel est l’intitulé de l’émission Service Public de France Inter du mercredi 12 février 2014 à 10 heures : « Le marketing nous trompe, le marketing nous spolie, c’est normal, il est fait pour cela. Les marques rivalisent de techniques pour nous manipuler et nous inciter à acheter des produits au mieux inutiles, au pire surnuméraires », est-il encore précisé.

L’Adetem ne pouvait laisser passer des propos aussi méprisants pour la communauté marketing : vous trouverez ci-après la lettre que j'ai adressée, en tant que Coprésident de l'Adetem, au Président de Radio France.

--------------

Le 28 avril 2008, l’AFP annonce : « Inde : une fusée avec dix satellites explose en vol », ce qui est faux : la fusée a bien décollé, emportant dix satellites à bord. Doit-on accuser irrémédiablement tous les journalistes d’êtres des menteurs ou des incompétents ? Je ne pense certainement pas.

Début de la même année, un trader d'un grande banque fait perdre 4,82 milliards d'euros à son employeur : doit-on jeter l’opprobre sur tous les salariés des établissements financiers travaillant dans les salles de marché ? Le réponse est évidente : non.

Mais tous les professionnels intervenant dans le domaine du marketing sont des escrocs et des menteurs cherchant à « nous manipuler et nous inciter à acheter des produits au mieux inutiles, au pire surnuméraires ».

Procter & Gamble recourt fortement aux techniques du marketing pour commercialiser de nombreux produits de grande consommation : dois-je en conclure que lessives, détergents, couches pour bébé sont « des produits au mieux inutiles » ?

En fait, comme dans toutes les professions, il peut y avoir de mauvais professionnels, peu scrupuleux : des journalistes qui diffusent des informations erronées, des banquiers qui prennent des risques non autorisés … et des gens de marketing peu respectueux de l’éthique et du consommateur : heureusement, comme dans toutes professions, ils sont ultra-minoritaires.

Les médias font du marketing : car ce que ne dit pas votre site, c’est que lorsque l’on choisit le titre d’une émission, on cherche nécessairement le moyen de maximiser l’audience, d’intéresser une maximum d’auditeurs … bref, on recourt à des techniques marketing.

Et là aussi, il y a de bons et de mauvais marketers. Jeter l’opprobre sur des milliers de professionnels pour séduire une audience sensible à la manipulation, à la transgression, aux vérités cachées … c’est une mauvaise technique, indigne et inadmissible ; mais dans ce cas précis, France Inter a raison : vous cherchez à « nous manipuler et nous inciter à acheter des produits au mieux inutiles », car bien sûr, une émission ainsi libellée présente une très faible utilité … sinon celle de faire de l’audience.

Est-ce une mission du service public dans une émission intitulée « Service public » de traiter toute une profession – soit des milliers et des milliers de professionnels en France – de menteurs : car ce n’est pas quelques abus que vous dénoncez, mais c’est « Le marketing (qui) nous trompe, le marketing (qui) nous spolie ».

Peu importe ce qui se dira dans l’émission (on est au niveau du produit), vous aurez dénigré une profession, juste en utilisant les techniques qu’elle-même réprouve.

Au nom de l’Adetem, première association des professionnels du marketing de France, mais également en celui de l’ensemble de la profession, je tiens à vous faire connaître mon indignation.

Commentaires

Effectivement, j'ai suivi l'émission avec consternation. Tant par l'insistance de l'animateur à vouloir faire reprendre par ses invités ses propres a priori négatifs du marketing que par sa méconnaissance du sujet. Doit on comprendre que l'expression service public a perdu le sens de l'intérêt général à France Inter? Espérons que cette bavure servira à rectifier une attitude d'agression par une attitude d'échange et d'écoute basée sur des connaissance vérifiées et non des opinions de café du commerce.... ce qui supposerait une sévère remise en cause de quelques journalistes-animateurs.

Écrit par : charles RAFFIN | 13/02/2014

Ravie d'apprendre que vous n'avez pas écouté l'émission. Les gens d'Inter - et leurs avocats - vont être contents.
Quand vous voulez, comme je l'ai écrit sur le site de l'Adetem, à se faire un petit duo. en plus je suis gentille, je vous ai déjà donné les clefs du premier quizz.
Quand à ce cher ami Charles Raffin, qui parle de café du commerce, voire de bavure. Aucune trace sur Internet, sinon comme d'hab, les réseaux. C'est qui ce monsieur ? C'est bête, j'aurais voulu le joindre. Votre beau-frère ?
Babette Leforestier

Écrit par : babette | 13/02/2014

Désolée pour la grossière faute d'orthographe. "Quant à", une expression que, par ailleurs, je déteste.

Écrit par : babette | 14/02/2014

Bonjour,

Merci à François et toute l'équipe de l'Adetem : réagir et ne pas laisser des idées fausses s'ancrer me semble indispensable...

Bravo encore à tous qui vous indignez d'une telle pratique journalistique!

Bonne journée
Monique Mai

Écrit par : mai | 01/03/2014

Les commentaires sont fermés.