23/01/2013

ADETEM, CESP, ESOMAR et IREP ne sont pas partenaires du SEMO

Coup de gueule.gifPour ceux qui n’auraient pas vu le communiqué :

« A la suite des publicités diffusées actuellement dans la presse professionnelle par les organisateurs du SEMO, l’ADETEM, le CESP, ESOMAR et l’IREP tiennent à préciser qu’ils ne sont pas partenaires de ce salon en 2013, contrairement à ce qui est indiqué ».

Ce n’est hélas pas la première fois qu’après que nous (= je m’exprime ici en temps que Coprésident de l’Adetem) avons décidé de ne plus soutenir le SEMO, que les organisateurs du salon se complaisent à utiliser de façon malhonnête notre logo : une fois, on peut penser à une erreur, mais dans le cas d’erreurs à répétition, on peut avoir des doutes !

Je (= je m’exprime ici à titre personnel) trouve cela malhonnête … et triste que les nouveaux organisateurs de ce salon aient réussi en quelques années à saborder ce qui était devenu un rendez-vous incontournable de la profession.

Ce n’était pas faute de les avoir prévenus : mais rien n’y a fait, et la qualité s’est affaissée d’année en année.

Depuis le monde des études a collectivement et consensuellement participé au lancement des Etudes, dont l’Adetem est partenaire ; donc ne vous trompez surtout pas de salon au printemps, car les organisateurs du SEMO n’ont pas trouvé mieux que de déplacer leur rendez-vous quasiment à la même date.

Et de l’accoler à un salon consacré au marketing direct, comme si l’éthique de la profession pouvait tolérer de telles dérives !

Comment investir dans le sponsoring sportif

sponsor.jpgA considérer l’investissement, tant humain que financier, des banques et assurances dans le sport, on espère que le retour sur investissement est au rendez-vous !

Les projets apparaissent très nombreux … mais sont-ils tous très utiles ? Efficaces ? Rentables ? Les compagnies ne se copient-elles pas toutes les unes, les autres, faute de savoir innover par ailleurs, ou créer efficacement de l’empathie avec leurs clients par des moyens plus « classiques » (publicité) ou inversement plus « modernes » (réseaux sociaux) ?

Le sport fédère, c’est incontestable : comment - par quelle alchimie bonifie t-il l’image de son sponsor ? Dans un monde très matérialiste comme le nôtre, nous avons besoin de héros et de valeurs humaines.

Et tout d’abord, pourquoi et comment choisit-on de sponsoriser tel ou tel sport - tel ou tel sportif ? Certains sports (et sportifs) semblent plus « porteurs » que d’autres : et pourtant, ne vaut-il pas parfois mieux miser sur des disciplines plus marginales (et prouver son réel enthousiasme pour ces dernières) que de dépenser des sommes vertigineuses sur de mieux établies … mais pour des retours peut-être tout aussi peu certains ?

Sponsoring et partenariat sportifs  se sont profondément professionnalisés au cours des années : aujourd’hui ils s’enseignent, obéit à des règles désormais bien établies - ce qui n’empêche pas malgré tout une certaine prise de risque … pour ne pas dire une prise de risque certaine.

Car c’est aussi un engagement, l’engagement de toute une entreprise derrière quelques individus de talents, et en résonnance avec des millions d’individus qui partagent la même passion : bref, cela tient à la fois de la science et de l’alchimie.

Pour décoder les clefs du succès du sponsoring sportif dans la banque et l’assurance, le LAB organise une conférence le 14 février avec :

  • Thierry Lardinoit, Titulaire de la Chaire Internationale de Marketing Sportif de l’Essec, exposera les grands enjeux, les moyens à mettre en œuvre et les retours attendus du marketing sportif, avec un focus sur les marques financières ;
  • Sophie de Montalembert, Responsable Publicité, Internet et Marketing Opérationnel   abordra l’expérience de la GMF dans le cadre de son partenariat rugby, montrant les différentes facettes d'activation du partenariat : visibilité, RP, création d'événements et activation digitale via l'animation d'une communauté ;
  • Guillaume Cade, Directeur Mécénat et Sponsoring de la Caisse d'Epargne, parlera de son engagement pour les Jeux Olympiques de Londres, et notamment l’édition de cartes bancaires spéciales à l’effigie des sportifs qu’elle soutenait.
  • Christine Laroulandie, Directrice de la Communication du Groupe Malakoff Médéric, expliquera les motivations de l’engagement de Malakoff Médéric dans le handisport, sa mise en œuvre, et les résultats escomptés et obtenus.

Une table ronde permettra ensuite d’élargir le débat et d'aborder des sujets complémentaires.

  • Ouverture de la Table Ronde : Emmanuel Chazalet, Responsable Communication Externe chez AG2R La Mondiale nous montrera comment le sport permet de contruire une marque d'assurance connue, reconnue et qui donne envie de souscrire.
  • Stéphane Daeschner, Directeur de la Marque et de la Communication - MMA
  • Véronique Micard, Responsable Marketing et Communication - IDENTITES MUTUELLE
  • Stéphane Tardivel, Directeur Sponsoring, Partenariat, Evenementiel - Direction Communication - ORANGE FRANCE

Pour en savoir plus et s'inscrire, c'est ici.

16:46 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | Pin it!

Les établissements de santé, grands absents des médias sociaux

Alors qu’aux Etats-Unis les établissements de santé se sont mis à communiquer sur les médias sociaux – et certains avec brio, comme Mayo Clinic –, en France persiste encore une candeur teintée d’appréhension dans ce secteur.

C’est ce que montre l’étude que j'ai menée avec l’agence be angels, et dont les résultats seront publiés lors d’un petit-déjeuner qui aura lieu le 5 février prochain de 8h à 10h à Paris.

Pour s'inscrire, c'est ici.

15:06 Publié dans Actualité | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook | | Pin it!